Publications

Dossier de presse

Le lancement du programme de formation d’accès universel au code pour le développement des compétences numériques et l’employabilité des jeunes et des femmes au Mali le jeudi 03 janvier 2019 dans l’amphithéâtre II dans la cours de l’ISA/FST à partir de 10h00.

 

A l’initiative du Ministre de l’économie numérique et de la communication, de Bamako Incubateur et de ses partenaires que sont 10 000 codeurs, l’Institut des Sciences Appliquées (ISA) et la Faculté des Sciences et Techniques (FST) de l’Université des Sciences des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB) et le Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), a été lancé le « programme de formation d’accès universel au code pour le développement des compétences numériques et l’employabilité des jeunes et des femmes au Mali ». La première action de cette initiative est le lancement du programme « 10 000 codeurs Mali » ce jeudi 03 janvier 2019 dans l’amphithéâtre II de l’ISA.

Le lancement a été présidé par le Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication en présence recteur de l’Université des Sciences des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB), du doyen de la Faculté des Sciences et Techniques (FST), du directeur de l’Institut des Sciences Appliquées (ISA), du président de 10 000 codeurs et de l’équipe de Bamako Incubateur.

La situation de l’emploi des jeunes reste préoccupante au Mali et constitue un obstacle majeur à une croissance inclusive et à une réduction notable et durable de la pauvreté. L’augmentation de jeunes issus de l’enseignement supérieur, ne s’est pas accompagnée de la croissance du nombre des emplois qualifiés permettant l’embauche des étudiants diplômés à leur niveau de qualification.

Le taux de chômage représente 9,1 % de la population active au Mali. Les femmes sont plus touchées que les hommes (10,4 % contre 8,0 %). En ce qui concerne le taux de chômage des jeunes (15-24 ans), il s’élève à 21,9 %.(EMOP 2017/2018).

Le chômage alimente des menaces sociales fortes dont l’extrémisme violent et les migrations des jeunes vers l’Europe. Les jeunes sont les principales cibles d’enrôlement par les groupes djihadistes du Nord du Mali et autres groupes terroristes ainsi que de trafiquants d’êtres humains.

D’autres plus chanceux, se lancent dans la pratique des activités économiques pour subvenir à leurs besoins. Ils s’y lancent très souvent par défaut et donc peu préparés à l’entrepreneuriat. Ce qui explique en partie les faibles performances des très petites et petites entreprises nationales notamment dans le domaine du numérique.

Le programme de formation d’accès universel au code pour le développement des compétences numériques et l’employabilité des jeunes et des femmes au Mali se propose d’aider les jeunes et les femmes à acquérir les compétences dans le domaine du numérique dont ils ont vraiment besoin pour décrocher un emploi et pour réussir sur le marché du travail.

Ce chantier ambitieux d’autonomisation des jeunes et des femmes du Mali par les métiers du numérique s’inscrit dans le cadre du plan d’action Mali 2020. Il répond à la volonté politique du Ministre de l’économie de numérique et de la communication Mr Arouna Modibo TOURE de mettre à la disposition du Mali, des ressources humaines formées dans les technologies modernes du numérique (Développement d’application, Intelligence artificielle, Big data, Internet des Objets). Cela, en cohérence avec la volonté du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA, de voir émerger des startups maliennes performantes capable à travers ses entrepreneurs d’innover en créant des applications et services numériques répondant aux besoins de la population malienne.

La première action du «programme de formation d’accès universel au codepour le développement des compétences numériques et l’employabilité des jeunes et des femmes au Mali » est le lancement du programme « 10 000 codeurs Mali » dont le président monsieur Douglas Mbiandou était présent au Mali pour la cérémonie.

10 000 codeurs s’appuie sur un écosystème dans lequel des professionnels ayant ‘réussi’ et pouvant servir de modèle jouent un rôle de premier plan pour faire de l’Afrique le premier fournisseur de Développeurs au Monde en profitant de son bonus démographique.

La proximité de 10.000 codeurs avec la jeunesse Africaine ainsi que son réseau d’Experts inspirants et bienveillants désireux de mettre leur expertise au service du Continent sont deux caractéristiques clés qui marquent le positionnement de 10.000 codeurs, déterminé à insérer la jeunesse africaine.

La prestation de services de formation de base et la création de possibilités d’emploi dans le secteur du numérique au profit des jeunes contribueront aussi à réduire la pauvreté. Axé sur les compétences et l’offre d’emplois aux jeunes, le « programme de formation d’accès universel au code pour le développement des compétences numériques et l’employabilité des jeunes et des femmes au Mali » est pleinement conforme aux priorités du gouvernement du Mali. Le projet profitera aux écoles et aux enseignants comme aux PME et au secteur privé

dans son ensemble visant à améliorer les perspectives d’emploi des jeunes Maliens et accroître les débouchés qui leur sont offerts dans le secteur privé.

Cette démarche est indispensable pour promouvoir une croissance partagée au Mali. Le programme de formation d’accès universel au code pour le développement des compétences numériques et l’employabilité des jeunes et des femmes au Mali, se propose de :

  • Renforcer les capacités des jeunes issus de l’enseignement supérieur en numérique ;
  • Insérer les jeunes issus de l’enseignement supérieur dans les créneaux porteurs ;
  • Contribuer à la réduction de la fracture numérique ;
  • Contribuer à la réduction du chômage par la création de nouveau secteur dans ledomaine du numérique ;
  • Contribuer au développement économique par la création de PME dans le domaine du numérique au Mali.

    Le programme permettra également d’acquérir des compétences dans des métiers qui ne sont pas directement liés au Code : des métiers impliquant (UI/UX Designer, Graphiste 3D) la créativité ou la maîtrise de la langue et des réseaux sociaux (Community Manager).

Après So-Dôkôtôrô, une autre start-up malienne au-devant de la scène internationale

Après So-Dôkôtôrô, une autre start-up malienne au-devant de la scène internationale.

Mali-Solar Initiative, une start-up incubée par Bamako incubateur évoluant dans le domaine des énergies renouvelables,  avec son projet : un toit, un champ PV a été sélectionnée à la suite du concours «Ville durable et intelligente », organisé par l’incubateur de la ville de Paris, Paris & Co et le ministère français des Affaires étrangères et de l’Europe.

La start-up  regroupe quatre jeunes issus de deux instituts universitaires de Bamako (Institut des Science Appliquée et l’Institut Universitaire de Gestion) avec des compétences complémentaires en matière d’énergies renouvelables et de gestion d’entreprise. Ainsi, Après So-Dôkôtôrô, incubée par Bamako Incubateur, une autre start-up malienne se retrouve devant la devant de la scène internationale

Selon Issa Dabo, coordinateur de l’équipe, l’initiative “Un toit un champ photovoltaïque” s’inspire des réalités maliennes, et entend fournir une source d’énergie propre et durable à moindre coût et de qualité à chaque foyer, à travers une approche pro-pauvre et volontariste d’accès équitable de tous les Maliens à l’énergie solaire, incluant les petites et moyennes entreprises.

Les activités de la start-up Mali Solar Initiative consistent à se doter de panneaux solaires auprès de producteur à moindre coût et d’offrir des services abordables aux communautés vulnérables face au changement climatique. Ses services sont entre autres : l’évaluation des besoins énergétiques des clients; le dimensionnement des installations solaires; l’installation des équipements solaires, l’entretien du dispositif et le Service Après-Vente, a expliqué Assitan Fofana, membre de l’équipe.

Ainsi, par le biais de leur Incubateur, la start-up a participé avec succès au concours «Ville durable et intelligente », destiné aux start-up internationales,  organisé par l’incubateur de la ville de Paris, Paris & Co et le ministère français des Affaires étrangères et de l’Europe. L’appel à candidature portait sur  les solutions durables basées sur la terre et la nature, Sécurité urbaine, Mobilité urbaine, Transition numérique, Sources d’énergie renouvelables, Différents systèmes agricoles tels que les parcelles agricoles dans la ville, Différentes méthodes pour réduire le besoin de climatisation, Solutions pour réduire l’étalement urbain, Durable systèmes de drainage urbains, systèmes de conservation de l’énergie, transport durable.

C’est suite à cette candidature que Mali Solar Initiative a été sélectionnée pour intégrer  le programme d’une semaine intitulé “Sustainable City Boot à Paris”, qui se déroulera à Paris du 18 au 22 mars 2019. Elle fera donc son immersion donc dans l’écosystème de l’innovation parisien pendant une semaine.

Ce succès n’est pas le fruit du hasard, tout comme pour So-Dôkôtôrô, il traduit la volonté des startup et incubateurs maliens, comme Bamako Incubateur d’insuffler une nouvelle dynamique dans l’écosystème entrepreneurial du pays afin de faciliter l’insertion socio-professionnelle des jeunes au Mali.

Ousmane Mariko 

Bamako incubateur et ses jeunes start-ups marquent leur présence !

Figurant en haut de la liste des incubateurs invités, Bamako Incubateur honorera sa présence avec ses jeunes entrepreneurs à ce Salon organisé par le ministère de la Promotion de l’Investissement Privé, des Petites et Moyennes Entreprises du 22 au 26 juillet au Centre International de Conférence de Bamako (CICB).

Sous la présidence du Président de la République son Excellence Ibrahim Boubacar Keïta, ce salon vient traduire la volonté de notre plus haute autorité en action, il s’agit de mettre la jeunesse au cœur de ce second mandat et l’une des plus belles manières de la concrétiser, c’est de mettre en valeur le savoir de ces jeunes.

Une belle opportunité pour Bamako Incubateur, invité de marque parmi les incubateurs de la place, de présenter  son savoir-faire et celui de ses jeunes start-ups sur le plan national, ces jeunes, qui arrivent à réaliser de belles prouesses sur le plan international. Ce qui rejoigne un peu l’idée de ce salon selon ces initiateurs.

Logé dans le stand numéro quatorze (14), vers 13 heures, le coordinateur de Bamako Incubateur Brehima Guindo, la community manager Fatimata Touré accompagnés de deux de ses start-ups (Agri Innova Mali, Ginger Roots et Mali Solar Initiative), tous habillés en vert, ont reçu la visite de son Excellence Ibrahim Boubacar Keïta, accompagné de sa ministre Safia Boly. Cette délégation présidentielle a bénéficié d’une brève explication de ce que fait Bamako Incubateur autour de ses jeunes.

D’un regard souriant, le Président de la République a salué ces jeunes et leur dire que le Mali a besoin d’eux pour son développement économique, ce fut un sentiment d’encouragement pour les jeunes entrepreneurs de Bamako incubateur et une fierté pour le coordinateur, il nous a confiés qu’ils joueront pleinement leur partition dans la construction de l’édifice nationale.

Ousmane Mariko          

Remise de prix lors du Salon de l’entreprenariat et des petites et moyennes entreprises (Salep).

Mademoiselle Assitan FOFANA, la Co-fondatrice de la startu-up Mali-Solar Initiative, une start-up incubée par Bamako incubateur évoluant dans le domaine des énergies renouvelables, avec son projet : un toit, un champ PV remporte le prix de l’entreprenariat jeune et féminin lors du Salon de l’entreprenariat et des petites et moyennes entreprises (Salep).

Cet évènement a été organisé par le ministère de la Promotion de l’Investissement Privé, des Petites et Moyennes Entreprises du 22 au 26 juillet au Centre International de Conférence de Bamako (CICB).

La start-up a été auparavant lauréate du concours «Ville durable et intelligente », organisé par l’incubateur de la ville de Paris, Paris & Co et le ministère français des Affaires étrangères et de l’Europe.

Ainsi que du programme de résidence entrepreneuriale Bordeaux-Afrique organisé par la ville de Bordeaux et leurs partenaires, le Kedge Business School, le Fondation Prospectives et Innovation, etc…La résidence s’est tenue du 1er au 16 juin 2019 à Paris et à Bordeaux.

Mali-Solar Initiative, une start-up incubée par Bamako incubateur évoluant dans le domaine des énergies renouvelables,  avec son projet : un toit, un champ PV a été sélectionnée à la suite du concours «Ville durable et intelligente », organisé par l’incubateur de la ville de Paris, Paris & Co et le ministère français des Affaires étrangères et de l’Europe.

La start-up  regroupe quatre jeunes issus de deux instituts universitaires de Bamako (Institut des Science Appliquée et l’Institut Universitaire de Gestion) avec des compétences complémentaires en matière d’énergies renouvelables et de gestion d’entreprise. Ainsi, Après So-Dôkôtôrô, incubée par Bamako Incubateur, une autre start-up malienne se retrouve devant la devant de la scène internationale

Selon Issa Dabo, coordinateur de l’équipe, l’initiative “Un toit un champ photovoltaïque” s’inspire des réalités maliennes, et entend fournir une source d’énergie propre et durable à moindre coût et de qualité à chaque foyer, à travers une approche pro-pauvre et volontariste d’accès équitable de tous les Maliens à l’énergie solaire, incluant les petites et moyennes entreprises.

Les activités de la start-up Mali Solar Initiative consistent à se doter de panneaux solaires auprès de producteur à moindre coût et d’offrir des services abordables aux communautés vulnérables face au changement climatique. Ses services sont entre autres : l’évaluation des besoins énergétiques des clients; le dimensionnement des installations solaires; l’installation des équipements solaires, l’entretien du dispositif et le Service Après-Vente et la sensibilisation des populations à utiliser les énergies renouvelables a expliqué Assitan Fofana, membre de l’équipe.

Ainsi, par le biais de leur Incubateur, la start-up a participé avec succès au concours «Ville durable et intelligente », destiné aux start-up internationales,  organisé par l’incubateur de la ville de Paris, Paris & Co et le ministère français des Affaires étrangères et de l’Europe. L’appel à candidature portait sur  les solutions durables basées sur la terre et la nature, Sécurité urbaine, Mobilité urbaine, Transition numérique, Sources d’énergie renouvelables, Différents systèmes agricoles tels que les parcelles agricoles dans la ville, Différentes méthodes pour réduire le besoin de climatisation, Solutions pour réduire l’étalement urbain, Durable systèmes de drainage urbains, systèmes de conservation de l’énergie, transport durable.

C’est suite à cette candidature que Mali Solar Initiative a été sélectionnée pour intégrer  le programme d’une semaine intitulé “Sustainable City Boot à Paris”, qui s’est  déroulé à Paris du 18 au 22 mars 2019. Elle a donc fait son immersion donc dans l’écosystème de l’innovation parisien pendant une semaine pour présenter projet de la start up.

Ce succès n’est pas le fruit du hasard, tout comme pour So-Dôkôtôrô, il traduit la volonté des startups et de Bamako Incubateur d’insuffler une nouvelle dynamique dans l’écosystème entrepreneurial du pays afin de faciliter l’insertion socio-professionnelle des jeunes au Mali.

Ousmane Mariko 

Bamako Incubateur-PUM (Netherlands Senior Experts)

Un partenariat au service de la jeunesse malienne : Plus de vingt formateurs formés en marketing digital et en stratégie d’entreprise

Deux semaines durant, du 1er au 12 juillet, Bamako Incubateur en partenariat avec PUM (Netherlands Senior Expert) a formé des formateurs en marketing digital et en stratégie d’entreprise à leur siège sis à Missira. Deux concepts développés par Charlene Milliken Lambert, une experte séniore au sein de PUM au bonheur des participants venus d’autres structures partenaires de Bamako Incubateur (ISPRIC, Centre du Secteur Privé…)

Expliqué par le soin de l’experte, PUM (Netherlands Senior Expert) est une organisation néerlandaise qui regroupe des experts dans cinquante (50) secteurs de l’économie, ces experts offrent leurs connaissances sur une base volontaire avec des entrepreneurs dans plus de trente (30) pays en développement et en émergence dans le monde entier afin de créer des entreprises dynamiques et de meilleure vie. Il existe des conditions préalables aux interventions de cette organisation, il s’agit entre autre pour les entreprises d’exister depuis deux ans ou plus, d’employer de dix (10) à deux cent cinquante (250) personnes et d’appartenir au secteur privé, a-t-elle clarifié. Leurs domaines d’expertises sont : sécurité alimentaire, santé et environnement, services, industrie et commerce.

C’est dans le cadre de leur programme dédié aux incubateurs que Bamako Incubateur a sollicité leur expertise pour former des jeunes autour des deux thèmes, qui restent encore une très grande opportunité d’affaire pour ces jeunes au Mali et dans les jours à venir, ils pourront faire profiter d’autres jeunes des connaissances qui leur ont été transmises, en gros tels étaient les objectifs de ces dix jours de formation initié par Bamako Incubateur.

Pendant ces deux semaines de comminions, les participants, avec l’apport de l’experte, ont développé des idées de projets en rapport avec les compétences qui leur a été inculquées, il s’agit des idées suivantes : “ANATI“ : est une plateforme de livraison et de mise en relation restaurants-clients ; “AFRIQUE NEWS COMMUNICATION“ : une agence de référence en Afrique en matière de promotion de PME informels grâce à la communication digitale ; “AICHA JUS“ : c’est la transformation des fruits en jus, en nectar, en sirop, et en confiture, une marque de boissons issue de la transformation de fruits bio et en fin “La plateforme de ISPRIC“ : une plateforme qui permet de renforcer la notoriété et la visibilité de l’ISPRIC auprès des clients, des partenaires existants et potentiels par le marketing digital.

C’était quatre équipes autour de quatre thèmes, pour permettre aux apprenants d’expérimenter les outils enseignés au cours de la formation, à travers des cas pratiques, chose qui leur a permis de voir le contexte d’application de chaque outil en marketing digital et stratégie d’entreprise.

Pour ce participant du nom de Mohamed Diarra, c’était une très belle expérience durant laquelle « nous avons pu voir des outils de gestion d’entreprise qu’on a pu expérimenter sur des cas pratiques pour voir les contextes d’application de chaque outil et comment les exploiter au maximum ». Ce fut également une opportunité pour eux de mieux découvrir le marketing digital, une opportunité d’affaire qui reste encore inexploité ici au Mali, un aspect important qui peut avoir un impact réel sur la rentabilité et la recherche de notoriété d’une entreprise.

Il n’a pas manqué de saluer le partenariat entre Bamako Incubateur et sa structure l’ISPRIC, un partenariat purement stratégique vue que les deux structures se rejoignent dans la formation des élites porteuses de solution et d’innovation pour la promotion de l’entreprenariat jeune au Mali, à la jeunesse malienne de profiter de cette belle initiative initiée par ces différentes structures, a-t- il conclut ses propos.

Quant à Mme Koné Aïchata Keïta du Centre du Secteur Privé, ses remerciements vont à l’endroit de Bamako Incubateur pour avoir entamer cette belle démarche participative et associative au sein du secteur privé malien, qui pour elle, va très vite concourir au développement commun de ce secteur.

En conclusion, Charlene Milliken Lambert a tenu à remercier toute l’équipe de Bamako Incubateur pour la qualité de leur travail autour de cette belle structure qu’est Bamako Incubateur qui continue d’accumuler de bon parcours, elle a également mentionné qu’elle fut éblouie par le sens de compréhension des participants, il existe de forts espoirs de faire monter l’économie du Mali sur une échelle supérieure par l’entreprenariat jeune.

Ousmane Mariko

Bamako Incubateur forme 30 développeurs Java Web durant les « vacances numériques » 2017.

Bamako Incubateur forme 30 développeurs Java Web durant les « vacances numériques » 2017 en partenariat avec 10000codeurs du 03 juillet au 04 septembre 2017

Après une formation de formateurs réalisée par  Bamako Incubateur et 10000codeurs en février 2017 à Bamako, l’heure est à la formation de développeurs d’applications Java à Bamako. S’appuyant d’une part sur des formateurs Maliens citoyens, généreux déterminés à construire le Mali de demain, et d’autre part sur le matériel pédagogique (supports cours et travaux pratiques) du programme 10000codeurs, dynamique Bamako Incubateur pose pendant ces vacances un acte qui va dans le sens de l’émergence du Mali. Objectif 2000 développeurs formés sur 10 ans.

Valoriser le dividende démographique du Mali

Bamako Incubateur et le programme 10000codeurs sont convaincus que l’Afrique doit faire de son dividende démographique un atout pour le Continent en créant un leadership du Continent sur les questions d’expertise dans le numérique. En particulier, il s’agit de faire du Mali un pays de choix pour des ressources de haut niveau en développement d’application Web Mobile Cloud. Cette vision trouve sa mise en œuvre opérationnelle avec la volonté des Maliens et Maliennes et Africains de renforcer les capacités des informaticiens Maliens et de tracer la route de l’excellence technique au service du Mali.

3 mois pour les fondamentaux Développement application JAVA Web

Le format de formation choisit par Bamako Incubateur est de 3 mois. 3 mois intensifs pour obtenir une attestation de ‘Développeur Java Web’, correspondant aux Modules 1 à 8 du programme détaillé 10000codeurs.

Les cours ont lieu tous les jours de 9h à 12h, du lundi au vendredi dans les locaux de Bamako Incubateur au Centre Amadou Hampaté Ba (CAHBA) pour le développement humain et la qualité de la vie, à Missira en face de l’hôtel le « Djenné ».

Des formateurs Déterminés, Généreux, Citoyens

Les formateurs de cette session de formation accélérée sont des Maliens développeurs formés eux-mêmes aux techniques pédagogiques 10000codeurs.

Ils se sont réunis tous les samedis depuis le mois de février , ont travaillé sérieusement l’approche pédagogique afin de pouvoir véhiculer au mieux leur expertise technique. Il s’agit de :

  • Tidiane SYLLA
  • Mahamane Amar MAIGA
  • Mahamadou MAIGA
  • Jean-Louis MOSSE NDA GNIE

Ils s’efforcent de retransmettre au mieux ce qu’ils ont appris. Ils deviennent ainsi des repères, des références pour ces jeunes venus se former et développer des compétences qui, pour certains, leur permettra de créer des applications et services numériques dont le Mali et l’Afrique a besoin pour son Développement et pour d’autres…

Développeur ou Startupers ?

Les compétences opérationnelles manquent pour réaliser les solutions logicielles.
Il est important de miser sur le développement d’une expertise opérationnelle qui permettra au porteur d’un projet de start-up soit de facilement trouver un développeur pour la réalisation, mieux que ce porteur de projet lui-même ait les bases techniques pour réaliser un prototype. L’’initiative menée par Bamako Incubateur  et le programme 10000codeurs  va dans ce sens.

Bamako Incubateur et le programme 10000codeurs  invitent  un maximum de Maliens et Maliennes à se rapprocher de son incubateur pour développer des compétences en Développement d’application et en Entrepreneuriat.

Préparer les Développeurs Africains à des projets Monde

Derrière les formations de Bamako Incubateur, il y a la volonté de préparer une nouvelle génération d’informaticiens maliens, orientée ‘produit’, capable de développer, déployer des applications modernes orientées Cloud et capable de supporter des millions d’utilisateurs.

Le chemin est long mais Bamako Incubateur peut compter sur la détermination, l’expertise technique et pédagogique de 10000codeurs.

 

Par Douglas Mbiandou.

Programme 10000codeurs